Nos valeurs

Prise en charge des chats : priorité aux urgences

En termes de prise en charge, nous donnons la priorité aux animaux de la fourrière qui sont menacés d’euthanasie et à ceux qui errent sans maitres dans la rue. Nous acceptons très peu d’abandons de particuliers: nous n’avons quasiment jamais de place et nous estimons que lorsque l’on prend la responsabilité d’un animal on l’assume jusqu’au bout.  La vie fait qu’il y a parfois des situations où le replacement de l’animal est inévitable, mais être responsable de son animal c’est aussi savoir lui trouver une nouvelle famille quand c’est vraiment nécessaire. En cas de prise en charge de chat d’un particulier nous demandons à l’ancien propriétaire de signer une déclaration d’abandon et de faire un don à l’association pour aider au placement de son animal.

Pour plus d’information sur la procédure à suivre, consultez notre page : 

http://www.kerkazh.net/prises-en-charge/

Concernant les portées de chatons non désirées, la prise en charge se fait sous condition de la stérilisation de la mère, avant d’accueillir les bébés nous demanderons donc d’avoir un certificat vétérinaire prouvant que la stérilisation a bien été effectuée.

 
La stérilisation des chats errants

Afin de lutter contre la prolifération des chats errants et/ou sauvages dans certains quartiers, nous prenons en charge la stérilisation ou la castration de ces  chats. L’association ne reçoit aucune subvention pour pouvoir effectuer ce travail, nous fonctionnons seulement grâce à vos dons. Nous intervenons donc dans la mesure où nos moyens humains et financiers nous le permettent. Ces chats sont ensuite relâchés sur leur ancien lieu de vie.

Non à l’euthanasie systématique des chats FIV +

Les chats ne devraient jamais être euthanasiés uniquement sur la base d’un résultat positif au test FIV. Malgré l’absence de local et les limites d’accueil des chats porteurs, nous aimerions éviter l’euthanasie systématique et étudier l’accueil des FIV + au cas par cas. Le virus pouvant être latent pendant de nombreuses années, il est donc possible de vivre sereinement avec un chat porteur de cette maladie sans aucun risque. Nous ne voyons pas pourquoi nous devrions condamner des chats positifs en bonne santé si nous avons la possibilité de les placer dans des foyers adaptés. Nous souhaitons en parallèle informer les propriétaires de chats sur la maladie afin de sensibiliser la population.

Compte tenu de la faible fiabilité du test sur les chatons de moins de 6 mois si celui-ci est positif, les chatons  sont placés en quarantaine afin de réaliser un autre test à l’âge de 16 semaines pour confirmer ou infirmer le premier résultat.

La responsabilisation passe par l’information

Informer, dialoguer, conseiller, expliquer, pour éviter les euthanasies, les abandons, la prolifération…. Nous sommes aussi là pour cela.

Nous souhaitons jouer la carte de la transparence et que le dialogue soit aussi ouvert avec nos différents partenaires et avec les autres associations de protection animale, car ensemble nous sommes plus forts pour lutter.